lundi 11 décembre 2017 | Accueil| Connexion

Imprimer  Envoyer par mail 

DE L’EMPLOI DU PRONOM INDEFINI…

 Il était une fois quatre individus qu’on appelait :

 Tout le mondeQuelqu’unChacun – et - Personne.

 
Il y avait un important travail à faire, et on a demandé à Tout le monde de le faire.

Tout le monde était persuadé que Quelqu’un le ferait.

Chacun pouvait l’avoir fait, mais en réalité Personne ne le fit.

Quelqu’un se fâcha car c’était le travail de Tout le monde !

Tout le monde pensait que Chacun pouvait le faire

Et Personne ne doutait que Quelqu’un le ferait…

En fin de compte, Tout le monde fit des reproches à Chacun

Parce que Personne n’avait fait ce que Quelqu’un aurait pu faire.

 Moralité :

Sans vouloir le reprocher à Tout le monde

Il serait bon que Chacun fasse ce qu’il doit sans nourrir l’espoir

Que Quelqu’un le fera à sa place…

 Car l’expérience montre que là où on attend Quelqu’un,

Généralement on ne trouve Personne.

 …C’est le résumé d’une inter-syndicale au CADIF.

 Il y a une constance au sein des vieux syndicats, frileux et sectaires, c’est de considérer qu’ils incarnent la seule voie possible à la défense des salariés.
En regroupant aujourd’hui péniblement 6% d’entre eux dans leurs rangs - et encore en tenant compte de la fonction publique - les grandes centrales pourraient se poser quelques questions. Elles devraient en tout cas mesurer l’immensité des progrès qu’ils leur restent à accomplir.
Ils devraient de temps en temps se livrer à quelque salutaire autocritique, faire preuve d’un peu de modestie et de retenue.
Ils reprochent en effet au SNIACAM d’être un syndicat corporatiste. Cette critique sonne comme un compliment car nous n’avons d’autre ambition que de servir les salariés de la CR.
Nous n’avons pas celle de nous inviter dans un débat sur la privatisation de la Poste, sur les retraites des cheminots ou sur la politique fiscale du gouvernement.
Ce n’est manifestement pas l’objectif que se fixe une majorité de syndicats habitués à franchir les clivages politiques pour tenter d’exister.
Le fonctionnement de ce type de syndicat est de relayer des consignes nationales, d’afficher des positions doctrinales éloignées de la vraie vie des entreprises.
Sans compter que certaines sections masquent bien souvent l’incompétence ou la connivence de leurs membres envers la Direction par des incantations ou des effets de tribune pour jouer les importants.
A tous les syndicats qui se la pètent, le SNIACAM entend modestement proposer une autre voix : celle d’un soutien sincère aux vrais problèmes des salariés du Crédit agricole. Et manifestement, si cela dérange, c’est que cette vérité n’est pas bonne à dire.

LA LOI SUR LA REPRESENTATIVITE NOUS ACCORDE 4 heures de délégation par mois...

LE SNIACAM EN RÉGION


Adhérez au SNIACAM

Votre section