lundi 11 décembre 2017 | Accueil| Connexion

Imprimer  Envoyer par mail 

LE HARCÈLEMENT MORAL AU TRAVAIL

LOI DU 17 JANVIER 2002

Nous pouvons tous être harcelés !

      - Par nos responsables...

- Par nos collègues...

      - Par notre employeur...

 

Qui n’a pas été privé d’information ?

Qui n’a pas été menacé de sanction ?

Sur qui n’a-t-on pas fait courir de rumeur ?

A qui n’a-t-on pas confier des tâches irréalisables ?

 

Résultat : Pression = Oppression = Dépression

 

Dès que ces agissements deviennent répétitifs ou se cumulent

La loi doit s’appliquer...

La loi, toute la loi, rien que la loi.

Il faut réagir avant la démotivation !

Nous exercerons notre droit d’alerte !

 

Si vous subissez de tels agissements

Contactez-nous immédiatement.

 

Droit Au Respect et à la Dignité

 Je constate comme la plupart de mes collègues que la D.R.H. du CADIF bafoue aujourd’hui le droit le plus élémentaire du respect et de la dignité de la personne humaine.

Nous n’en sommes pas aux problèmes rencontrés par France Telecom mais si les organisations syndicales ne réagissent pas nous y arriveront très vite…

J’’appelle donc au rassemblement de toutes les organisations :

D’où que vous soyez (siège ou agences), qui que vous soyez (employés ou cadres), nous sommes tous menacés et je vous propose de vous fédérer autour d’une idéologie qui place l’individu comme priorité absolue de notre société.

Ce n’est pas une révolution que je vous propose c’est une révolte. Le cynisme, la discrimination, le mépris, la suffisance, l’indifférence de certains managers risquent de faire plonger nos collègues chaque jour un peu plus dans le désespoir.

Ceux qui sont censés gérer notre entreprise usent de la peur et de la résignation comme armes anesthésiantes. C’est une guerre sournoise menée par une caste dominante qui asservit par l’endormissement. Ainsi à la seconde notation négative il faut vite réagir !

Notre rôle est d’engager un mouvement de réveil. Il ne s’agit pas de renverser l’ordre établi. Il s’agit de rendre à chacun la considération qu’il mérite.

 Article L.122-49 du code du travail

Sont interdits les « agissements répétés qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des contions de travail susceptibles de porter atteinte aux droits du salarié, à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel ».

 

 

LE SNIACAM EN RÉGION


Adhérez au SNIACAM

Votre section